1,096 vues

Réunies au sein du Réseau des Médiatrices de la Paix appuyé par des représentantes de l’ONU-Femmes, ces jeunes filles et dames médiatrices de paix en Côte d’Ivoire issues de toutes les couches sociales ont été reçues en audience lundi 13 mars par monsieur le ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale.

Au cours de cette audience publique qui s’est déroulée dans la salle de conférence dudit ministère sise à la Cité Administrative du Plateau, le messager de la paix du Président de la République a qualifié cette première rencontre officielle de prise de contact devant aboutir à une synergie d’actions pour relever les défis qui profilent à l’horizon :  » Vous êtes chez vous. Vous êtes certes en partenariat avec l’ONU-Femmes, entité des Nations Unies consacrée à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes mais notre collaboration sera aussi très forte. Les élections arrivent, nous avons le devoir de mener des campagnes de sensibilisation afin qu’elles se déroulent dans un contexte démocratique sans qu’il n’y ait mort d’homme. » dixit le ministre chargé de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale.

C’est dans cette mouvance fraternelle que madame Simone Ayeri Épouse Kakou, Directrice de la Réconciliation dudit ministère a montré le caractère spécifique de cette rencontre : « la transversalité du ministère requiert que toutes les institutions, structures, communautés, groupes de personnes ou individus se joignent main dans la main pour mener à bien la Réconciliation et la Cohésion Nationale. ».

Selon toujours ses dires, ce réseau constitue un vivier important qui permet la mise en œuvre de la stratégie politique du ministère sur le terrain, du fait de son expérience acquise auprès de l’ONU- Femmes.

Quant aux hôtes du jour de par leur porte-parole, madame Irad Gbazlé, Coordinatrice dudit réseau, n’ont pas manqué de montrer leur fierté d’être en ce lieu : « Aujourd’hui, c’est une opportunité d’être dans notre ministère. Nous en sommes fières. ».

Poursuivant, elle a fait savoir que le fait de se retrouver ainsi à côté du ministre signifie que leurs efforts ne sont pas vains car la reconnaissance de l’Etat est établie et c’est une source de motivation supplémentaire pour elles.

Sine die, elles décident de se mettre à la disposition du ministre pour poursuivre leur mission de paix en Côte d’Ivoire.Au nombre de 400 avec une liste pléthorique de bénévoles, elles sont représentées dans 13 localités que sont Abobo, Yopougon, Odienné, Ferké, Bouna,Touba, Korhogo, Agboville, Dabou, Daoukro, Man, Duékoué et Bangolo.