482 vues

Ce rendez-vous de distinction dénommé les Awards des Entreprises et des institutions socio-économiques

‘’Africaines’’ s’est déroulé au Palais des Congrès de Sofitel Hôtel Ivoire dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 décembre 2022.

Selon le jury, les activités menées par cette personnalité politique qui pilote la vision de paix du Président de la République en faveur de la Paix, ont milité en sa faveur.

Revenons donc sur le bilan exceptionnel de ce disciple de l’Apôtre de la Paix, feu Félix Houphouët-Boigny.

15 décembre 2020 – 15 décembre 2022, cela fait deux (02) ans qu’il pilote le Département Ministériel chargé de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale. En termes de bilan, une grande avancée notable quoique beaucoup reste encore à faire selon ses dires lors de la 26e Journée Nationale de la Paix à Duékoué le 15 novembre 2022.

Pour lui la stabilité d’un pays précède le développement. Nul n’est sans ignorer que le tissu social en Côte d’Ivoire a été davantage fragilisé par la crise électorale née à l’occasion des présidentielles d’octobre 2020.

Les ivoiriens se regardant en chien de faïence, un danger pour la cohésion nationale profilait à l’horizon. Une situation qui met donc en mal la notion de Nation qui doit rassembler les peuples dans leurs diversités. Pour y remédier, SEM Alassane Ouattara, nouvellement réélu à la Présidence de la République, opte pour la création d’un Ministère en charge de la Réconciliation et de Cohésion Nationale le 15 décembre 2020. Il a pour mission de faire une évaluation des actions du gouvernement, avec pour objectifs le renforcement de la cohésion nationale et la réconciliation des filles et des fils de la Côte d’Ivoire.

Une situation délicate surtout que la crise post-électorale de 2010 est encore fraiche dans la mémoire des ivoiriens ainsi que les souvenirs douloureux des différentes crises antérieures avec leur lot de victimes et d’exilés.

Et comme à cœur vaillant, rien n’est impossible, le fils de Bocanda et de Lakota a fait de la vision du Chef de l’Etat Alassane Ouattara pour la Paix un crédo et je cite : « La paix demeure notre acquis le plus précieux et soutient les progrès socio-économiques de notre pays. Elle est notre œuvre commune et notre succès collectif. Sachons la préserver ». Sans oublier également de se faire inspirer par les notions en faveur de la Paix que le Père de la Nation feu Félix Houphouët-Boigny a laissé comme héritage : « La Paix n’est pas un vain mot, mais un Comportement ».

Dès lors, le missionnaire de la Paix a pris son bâton de pèlerin pour faire le tour de la Côte d’Ivoire en créant naturellement les conditions pour rapprocher de nouveaux les ivoiriens. « Ce qui nous lie est plus fort que ce qui nous divise » ne cesse de clamer celui que l’on appelle affectueusement KKB.

Ainsi, sous sa houlette, des actions fortes ont été posées par le gouvernement en faveur de la réconciliation nationale et pour une stabilité dans un pays en pleine reconstruction.

« Un peuple en paix est un peuple qui peut connaitre le développement, le progrès et la prospérité » ne cesse-t-il de rappeler à chacune de ses rencontres communautaires en se réjouissant du renouveau du pays sous l’impulsion du Président de la République, l’architecte principal du retour de cette Paix. Si cette denrée rare est une sorte de seconde religion, sa quête en Côte d’Ivoire est loin de se limiter à de simples bonnes intentions.

Sur le plan politique, la Côte d’Ivoire a créé un cadre de concertation pour que la confiance renaisse entre les acteurs politiques et les Ivoiriens. Ainsi, lors du 5e Dialogue politique ouvert le 16 décembre 2021, les représentants du gouvernement, de 21 partis et groupements politiques et de 26 organisations de la société civile, se sont engagés fermement à entreprendre conjointement la promotion et le renforcement de la cohésion sociale.

Le retour en Côte d’Ivoire de l’ex-Président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, Président du COJEP et la rencontre entre les trois grandes figures de la politique ivoirienne, le 14 juillet 2022, au palais présidentiel ont sans conteste contribué à apaiser le climat politique et social.

Sur le plan social, plus de 310 000 réfugiés ivoiriens, soit 96% de ceux enregistrés en Afrique de l’Ouest, sont rentrés. Les autorités ont, notamment, facilité la réintégration dans l’administration de ceux qui étaient des fonctionnaires et autorisé le dégel des avoirs de plusieurs personnalités. Voici d’ailleurs son adresse pour ceux qui doutent encore de rentrer au pays : « La main du Président de la République est toujours tendue. Saisissez-la ».

Pour consolider la paix et la stabilité, le pays s’appuie également sur des modes alternatifs de règlement des conflits en impliquant, notamment, les chefs coutumiers, les guides religieux et les organisations de la société civile.

Lors de leurs différents déplacements à l’intérieur du pays, les membres du gouvernement échangent régulièrement avec les chefs coutumiers, les guides religieux dont le rôle est déterminant dans le renforcement de la cohésion sociale.

KKB l’a d’ailleurs affirmé à la faveur d’une conférence sur le thème, « Réconciliation et cohésion nationale en Côte d’Ivoire : des raisons d’y croire », organisée dans le cadre de la conférence inaugurale de la Tribune politique de l’Organisation de la presse diplomatique et politique de Côte d’Ivoire (OPDP-CI).

Ces deux dernières années, la célébration des Journées Nationales ont été marquées par l’implication entière des familles des victimes pour tourner à jamais la page de l’histoire sombre vécue lors des évènements malheureux. La dernière en date a été la célébration de la 26e édition desdites journées à Duékoué en présence du Premier Ministre Jérôme Patrick Achi.

Elles ont été sous le thème : « Se souvenir et se pardonner pour construire l’avenir ».

Le peuple Wê a dit haut et fort que cette approche du gouvernement a fini par désarmer les cœurs. D’où l’adhésion totale au processus de Réconciliation engagé par le Gouvernement ivoirien.

Pour les perspectives, plusieurs chantiers attendent le Ministre de la Réconciliation dont celui des prochaines élections qui doivent se dérouler dans un environnement de paix et les conflits fonciers à n’en point finir.

Cette reconnaissance sonne comme un stimulant pour le Lauréat dudit prix pour plus d’actions en faveur de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale.