1,994 vues

De passage en Côte d’Ivoire, Madame GIOVANNI BIYA, Adjointe du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et pour le Sahel a rendu visite ce mardi 28 Juin au Ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale, KOUADIO Konan Bertin, en vue de soutenir le processus de réconciliation en cours.

Elle a promis renforcer le partenariat entre le système des Nations Unies et la Côte d’Ivoire afin que le retour de la paix soit effectif et définitif.

L’Adjointe du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel était accompagnée dans cette visite par Monsieur Philippe POINSOT Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire.

Madame GIOVANNI BIYA au cours de cette visite de courtoisie a exprimé l’intention du système des Nations Unies de renforcer le partenariat existant et d’accompagner le Ministère de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale dans sa mission.

Rencontre fructueuse, selon le Ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale qui salue cette initiative du système des Nations Unies toujours aux cotés de la Côte d’Ivoire depuis le début du processus de Réconciliation.

Pour le Ministre KOUADIO Konan Bertin, il fait désormais bon vivre en Côte d’Ivoire « la crise est désormais derrière nous avec la clause de fin du statut de réfugié. Nous avons cette chance de voir le Chef de l’Etat lui-même dans les dispositions à aller à la paix. De plus les Nations Unies ont toujours été à nos côtés dans cette quête de la paix et de la cohésion en Côte d’Ivoire. »  

Une fois de plus, la Réconciliation et la Cohésion en Côte d’Ivoire bénéficient d’un soutien de poids. Le système des Nations Unies vient de renforcer par cette rencontre inopinée le partenariat existant entre la Côte d’Ivoire et l’Organisation des Nations Unies.

La Journée Nationale de la Paix doublée de la journée du Pardon et du Souvenir le 15 Novembre prochain à Douekoué dans le Guemon, bénéficiera à n’en point douter du soutien du système des Nations Unies.